A Verlinghem et Wambrechies, Les fossés du chemin de la Marotte sont bouchés, l'eau ne circule pas. L'entretien des fossés relève de la compétence de la MEL. La municipalité de Verlinghem l'a signalé aux services compétents.

"Les mares temporaires" du chemin de la Marotte se trouvent aussi à cheval sur les  deux communes de Verlinghem et Wambrechies .

Elles  ont toujours eu la fonction de retenir les eaux en amont.

Le propriétaire des prairies où se trouvent ces mares temporaires en a  comblé une. Il entreprend maintenant de combler le fossé qui traverse ses parcelles sur les deux communes. Il rapporte des terres à cet effet. D'où viennent ces terres? Ont-elles été analysées? Qui a donné l'autorisation de les mettre sur ces prairies? Les nombreux passages des camions sur le pont ont pour effet de l'effondrer . L'eau circule encore un peu moins.

Si les mares continuent d'être comblées, et les fossés bouchés, toute l'eau ira directement en aval dans la becque du corbeau.

Les inondations de la becque du corbeau en aval ont déjà causé des préjudices sur Verlinghem et Wambrechies. Cette situation peut se renouveler. Il convient d'en tenir compte.

il faut savoir que jusqu'à 2017, les propriétaires de ces parcelles ont toujours respecté ces zones humides qui leur permettaient de nourrir et abreuver leurs vaches. Ils vivaient correctement de leur élevage et de leurs cultures maraîchères et appréciaient les mares temporaires qui les préservaient des inondations. La SAFER  des Hauts de France a acheté les parcelles  et de nombreuses terres agricoles autour de Verlinghem afin des les préserver de toute autre exploitation ( construction, centres commerciaux etc...).
La très forte pression foncière en Métropole Lilloise  touche tous les agriculteurs.
En 2017, la SAFER propose  à tous les agriculteurs intéressés de remplir un dossier pour acquérir ces terres ce qui est très louable. De très nombreux petits agriculteurs des environs soucieux d'acquérir plus de terres,  ont rempli, pour rien, des dossiers coûteux (50 euros) restés parfois sans réponses. L'ancien propriétaire des prairies n'a pas eu les moyens de racheter toutes les terres qu'il louait. Il a pu simplement racheter sa ferme et quelques terres pour continuer son maraîchage et pouvoir vivre décemment.
A noter: tout porteur de projet doit être en cohérence avec les politiques locales et répondre à l'intérêt général.

Le dossier de l'actuel propriétaire a été retenu.  C'est ainsi que les prairies ont eu un nouveau propriétaire qui, pour la 1ère fois de l'histoire des mares n'hésite pas à les combler
. Ce n'était pas l'objectif premier de la SAFER et pourtant, c'est possible.
Le projet actuel répond-t-il au cahier des charges de la SAFER?

En cas d'inondations à venir qui sera responsable
? Le propriétaire des parcelles?  Les Maires des deux communes? La MEL?  l'USAN?  La SAFER?

Toutes ces réflexions, toutes ces questions, nous allons les exposer à la Voix du NORD le 28 février pour sensibiliser les citoyens aux enjeux  de cette préservation.

Nos actions à venir:

  • Lutter pour préserver le foncier, contrôler la pression exercée et connaître son usage afin de préserver la ceinture verte de la Métropole Lilloise qui nous permettra de mieux vivre.
  • Continuer de mobiliser les responsables et notre réseau pour un meilleur aménagement du territoire et la préservation de toutes les terres agricoles et de toutes les zones humides en France et ailleurs...

Conscients de ses responsabilités, le Collectif Lys Deûle Environnement a adressé un courrier aux maires de Verlinghem et de Wambrechies, à Monsieur Alain Detournay Maire de Comines et Président de la Commission locale de l'Eau chargée de l'élaboration du SAGE Marque Deûle et de la prévention des risques.

A suivre