Pétrole, transports (camions majoritairement), déchets (peu recyclés), risques santé (phtalates) : voici le constat qui peut être fait depuis cette généralisation de la bouteille plastique qui a remplacé la bonne bouteille consignée, et limité l'usage toujours trop timide de l'eau du robinet.

Quant vous achetez de l'eau en bouteille (minérale et de source) de nos régions ou de trés loin, vous achetez du pétrole, d'abord via l'emballage constitué de PET d'origine pétrolifère, et ensuite par le transport majoritairement effectué par camions (100% dépendant du pétrole).

Les résultats de recyclage sont sommes toute modestes et devraient signifier d'autres stratégies plus radicales, comme celle initiée par la petite ville de Concord aux États-Unis le 1er janvier 2013 : l'interdiction de l'usage de bouteilles en plastique forçant ainsi à d'autres initiatives comme la consigne et l'eau du robinet avec quelques lettres de noblesse retrouvées.

Cette mesure, parmi d'autres du même ordre un peu partout dans le monde, signifie-t-elle que les choses commencent à bouger ?

C'est la question que pose l'article Emballages plastiques : l'amorce d'un changement ? , paru sur le site de l'UFC Que Choisir Lille.