C'est quoi la MEL ?

Bouchons le matin et le soir, air pollué, stress des habitants de la MEL pour se rendre au travail. Fortes inondations alternant avec période de sécheresse importantes ( on va chercher l'eau jusqu'en Avesnois !)

Agriculteurs en manque de terre, petits commerçants en faillite

Pas assez de logements...

Mais c'est aussi

Des habitants qui veulent manger sain, naturel, local et de saison

Desproducteurs locaux qui s'organisent pour distribuer en direct

Des AMAP (Associations pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) qui facilitent la rencontre entre producteurs et consommateurs de produits locaux. Elles ne sont pas assez nombreuses, il y a deslistes d'attente pours'inscrire

Des parents d'élèves, des collectivités locales qui réclament de plus en plus, en restauration collective, des produits cuisinés sur place issus d'une agriculture biologique locale et de saison ( rappel des engagements du Grenelle de l'Environnement allant dans ce sens).

Comment conserver l' attractivité de la MEL et conserver la qualité de la vie ?

 La MEL s’est engagée à diviser par deux la consommation des terres agricoles. Ces engagements seront-ils à la hauteur des enjeux ? Nous pensons qu'il est impératifde

  • stopper l'artificialisation des terres.

  • redonner envie aux jeunes de développerune agriculture locale, naturelle et de saison, de l'artisanat local et des activités industrielles spécifiques au territoire.

  • réhabiliter des logements, en recensant le nombre de logements inoccupés.

  • réglementer les locations de logements, en luttant contre la spéculation. Trop de logements sont achetés et mis en location pour une exploitation touristique faisant passer l'intérêt particulier avant l'intérêt général.

  • infiltrer davantage l'eau à la parcelle plutôt que la véhiculer rapidement vers les points bas, ce qui crée des inondations

  • recréer les zones marécageuses, surtout dans le sud de la métropole pour permettre l'infiltration de cette eau vers les nappes souterraines.

  • Continuer de reboiser autour des parcelles agricoles, chez les particuliers, dans les espaces publics.

Il existe des territoires en France, comme l‘Ain, le Cantal, le Choletais vendéen, le pays de Vitré en Bretagne où, malgré la crise, le taux de chômage est de 5 ou 6 %. Pourquoi ? Car là plus qu’ailleurs, des chômeurs créent leur emploi et des entrepreneurs innovent. A Vitré par exemple, le territoire a su attirer de nouvelles entreprises. Pour lutter contre le chômage,des solutions locales existent.

Pourrait-on suivre cet exemple ou celui de la Bavière en Allemagne ? Et retrouver des activités économiques dans les villes moyennes qui se désertifient. Faire en sorte que les habitants d'une ville puissent y travailler et avoir une qualité de vie bien meilleure.

(villes concernées autour de la MEL : Fourmies, Avesnes, Landrecies, Caudry, Le Catteau, Maubeuge...)

Qu'en pensez-vous ?

Participez à l'enquête publique sur l'avenir de la Métropole sur le site internet du Scot ( Schéma de Cohérence de l'aménagement du territoire)

enquete-publique@scot-lille-metropole.org